songe

songe

songe [ sɔ̃ʒ ] n. m.
sunge v. 1155; lat. somnium
1Vx ou littér. Rêve. « c'est notre nature sincère qui s'exprime dans les songes » (Alain). Le songe d'Athalie. La clé des songes : système d'interprétation traditionnel des rêves. — En songe : en rêve. « Ne l'ai-je pas vu en songe vous frappant ? » (Jarry). Songes prophétiques. oniromancie. PROV. Songe, mensonge.
Par compar. Fiction, illusion. « La vie n'est elle-même qu'un songe [...] dont nous nous éveillons à la mort » (Pascal). S'évanouir comme un songe.
2Vieilli ou littér. Rêve, construction de l'imagination à l'état de veille. chimère, fantasme, illusion, imagination. Ici a commencé « l'épanchement du songe dans la vie réelle » (Nerval).
⊗ CONTR. Réalité.

songe nom masculin (latin somnium) Littéraire Combinaison, souvent incohérente, d'images qui apparaissent dans l'esprit pendant le sommeil : Faire un songe. Vues de l'esprit, chimères, illusions, vaines imaginations. ● songe (citations) nom masculin (latin somnium) Littéraire Jean Cassou Deusto, près de Bilbao, 1897-Paris 1986 Les songes assidus qui par la main se tiennent Et de tous mes parcours font un seul chemin noir […]. Trente-Trois Sonnets composés au secret, Sonnet XII Mercure de France François René, vicomte de Chateaubriand Saint-Malo 1768-Paris 1848 Alexandre créait des villes partout où il courait : j'ai laissé des songes partout où j'ai traîné ma vie. Mémoires d'outre-tombe François René, vicomte de Chateaubriand Saint-Malo 1768-Paris 1848 Rompre avec les choses réelles, ce n'est rien ; mais avec les souvenirs ! le cœur se brise à la séparation des songes, tant il y a peu de réalité dans l'homme. Vie de Rancé Pierre Corneille Rouen 1606-Paris 1684 Quoi ? vous vous arrêtez aux songes d'une femme ? Polyeucte, I, 1, Néarque René Descartes La Haye, aujourd'hui Descartes, Indre-et-Loire, 1596-Stockholm 1650 Le plus philosophe du monde ne saurait s'empêcher d'avoir de mauvais songes lorsque son tempérament l'y dispose. Correspondance, à Élisabeth, 1er septembre 1645 Anatole François Thibault, dit Anatole France Paris 1844-La Béchellerie, Saint-Cyr-sur-Loire, 1924 Académie française, 1896 L'avenir est un lieu commode pour y mettre des songes. Les Opinions de Jérôme Coignard Calmann-Lévy Louis Poirier, dit Julien Gracq Saint-Florent-le-Vieil, Maine-et-Loire, 1910 Quand il n'est pas songe, et, comme tel, parfaitement établi dans sa vérité, le roman est mensonge […]. Lettrines José Corti Louise Labé, surnommée la Belle Cordière Lyon vers 1524-Parcieux-en-Dombes 1566 Ô doux sommeil, ô nuit à moi heureuse ! Plaisant repos plein de tranquillité, Continuez toutes les nuits mon songe. Sonnets, VIII Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Car que faire en un gîte, à moins que l'on ne songe ? Fables, le Lièvre et les Grenouilles Gérard Labrunie, dit Gérard de Nerval Paris 1808-Paris 1855 [Ne pas] offenser la pudeur des divinités du songe. Notes manuscrites Jean Racine La Ferté-Milon 1639-Paris 1699 Un songe (me devrais-je inquiéter d'un songe ?). Athalie, II, 5, Athalie Pierre de Ronsard château de la Possonnière, Couture-sur-Loir, 1524-prieuré de Saint-Cosme-en-l'Isle, près de Tours, 1585 […] Je pense que tous songes Sans rien signifier, ne sont que des mensonges […]. Le Bocage royal Pierre de Ronsard château de la Possonnière, Couture-sur-Loir, 1524-prieuré de Saint-Cosme-en-l'Isle, près de Tours, 1585 Songes qui, sans tromper par une vanité, Dessous un voile obscur montrent la vérité. Élégies, XXI Georges Schéhadé Alexandrie 1907-Paris 1989 Qui habite les songes ne meurt jamais. Les Poésies Gallimard Paul Valéry Sète 1871-Paris 1945 Le Temps scintille et le Songe est savoir. Charmes, le Cimetière marin Gallimard Manuel Altolaguirre Málaga 1906-Burgos 1959 À une vie toute de songe La mort ne peut faire mal. A vida que toda es sueño La muerte no le hará daño. Vivir soñando Frédéric Mistral Maillane, Bouches-du-Rhône, 1830-Maillane, Bouches-du-Rhône, 1914 Ah ! qu'il fait bon naviguer sans répit vers son désir, encore que ce ne soit qu'un songe ! Ah ! que fai bon pouja sènso relàmbi Vers soun desi, emai siegue qu'un sounge ! Le Poème du Rhône William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Nous sommes faits de la même étoffe que les songes et notre petite vie, un somme la parachève. We are such stuff As dreams are made on, and our little life Is rounded with a sleep. La Tempête, IV, 1, Prospero songe (expressions) nom masculin (latin somnium) Littéraire En songe, en rêve, pendant le sommeil. ● songe (synonymes) nom masculin (latin somnium) Littéraire Combinaison, souvent incohérente, d'images qui apparaissent dans l'esprit pendant le...
Synonymes :
- rêve
Vues de l'esprit, chimères, illusions, vaines imaginations.
Synonymes :
- chimère
- fantôme

sonje ou songe
n. f. (Madag., Réunion) Plante (Fam. aracées) cultivée pour son tubercule, dont on consomme aussi les feuilles et la tige en légumes. Syn. taro.
|| (Réunion) Tubercule de cette plante.
————————
songe
n. m. (et f.)
d1./d n. m. Litt. Rêve, association d'idées et d'images qui se forment pendant le sommeil.
En songe: en rêve.
d2./d n. m. Litt. Chimère, illusion; produit de l'imagination pendant l'état de veille. "La vie est un songe", pièce de Calderón.
d3./d n. f. (Madag., Réunion) V. sonje.

⇒SONGE, subst. masc.
A. — 1. Littér. Rêve. Songe charmant, extraordinaire, romanesque; doux songe; songe funeste, horrible, terrible; apparaître, voir en songe; s'éveiller, sortir d'un songe. Un songe, un songe affreux cette nuit m'a frappé: Je t'ai vu d'ennemis partout enveloppé (CONSTANT, Wallstein, 1809, II, 1, p. 44). V. divination ex. 1, interpréter II B 1 ex. de Comte:
1. ... le songe nocturne rejoint le rêve métaphysique: même dans notre existence actuelle, la simple vie onirique est encore une image, ou une analogie, du grand rêve éternel (...): il en est une survivance, la présence réelle, tout au fond de nous, dans le cœur, de l'unité primordiale.
BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 97.
a) En partic.
Rêve porteur d'un avertissement, d'un message important. Songe d'Athalie, d'Énée, de Joseph, de Pharaon; songe prophétique. Il vit un ange qui traversait les airs (...). Ce songe parut à Grégoire une révélation de l'avenir bien autrement digne de foi que les réponses et tous les prestiges des devins (THIERRY, Récits mérov., t. 2, 1840, p. 100). Si j'avais à baptiser le songe de Scipion, je l'appellerais l'extase de la conscience humaine (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p. 172).
Songe (d'incubation), songe (thérapeutique). Dans l'Antiquité, songe au cours duquel le dieu apparaissait à son fidèle, notamment pour lui apporter la guérison. Ce sont des gens qui vont à Canope dormir sur le temple de Sérapis pour avoir des songes (FLAUB., Tentation, 1874, p. 16). Dans l'antiquité, pour obtenir un songe thérapeutique, dit d'incubation, il fallait faire un pèlerinage, jeûner, prier, offrir un sacrifice, dormir dans le temple (M.-A. DESCAMPS, La Maîtrise des rêves, 1983, p. 198).
b) Loc. nom. Le pays, le royaume du/des songe(s) (poét.). Le sommeil. Annalena (...) tout près et cependant si loin, si loin! Égarée au pays du songe (...) terrible est le visage du sommeil! (MILOSZ, Amour. init., 1910, p. 122). Songe(s) de malade. Délire. Ce n'était pas des songes de malade; c'était une vue claire de la réalité, qui illuminait alors ce cerveau (FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 197). Clef des songes. V. clef III C 4.
c) Loc. adj. De songe. Qui rappelle un songe par sa beauté, son charme, son climat émotionnel.
[À propos d'une pers. ou d'un sentiment] Amour, enfant, femme de songe. Riche comme un roi, beau comme un dieu, répéta inconsciemment Angélique de sa voix de songe (ZOLA, Rêve, 1888, p. 48). Anton est partagé entre l'angélique Suzanne et une créature de songe, qui prend tantôt l'apparence de Suzanne elle-même, tantôt celle d'autres femmes (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 264).
[À propos d'un inanimé] Éclairage, paysage, peinture, ville de songe. Quand je rêve, j'évoque des roses passés (...) des bleus de douceur et de songe (L. DAUDET, Voyage Shakesp., 1896, p. 171). Une clarté de songe flottait encore au ras des pelouses, tandis que, dans les lointains bleuâtres, les grands arbres s'évanouissaient, en visions tremblantes et légères (ZOLA, Travail, t. 2, 1901, p. 232).
d) Proverbes. Tous songes sont mensonges (Ac. 1835, 1878). Songe mensonge (Ac. 1935). Les songes ne sont pas que mensonges. L'Utopie [de Thomas More] (...) est plutôt un beau songe. Or les songes ne sont pas que mensonges, mais renferment un noyau de vérité (W. NIGG, Thomas More ou la conscience d'un saint, Paris, éd. du Centurion, 1979, p. 31). Mal passé n'est qu'un songe. Qu'il vous suffise que j'en ai été quitte pour la peur. Mal passé n'est qu'un songe (DUSAULX, Voy. Barège, t. 2, 1796, p. 185).
2. PSYCHOL. Clef des songes. V. clef III C 4.
3. MYTHOL. Les Songes. Petits génies par lesquels la divinité communique aux hommes sa pensée. Les Songes étaient fils du sommeil (Ac. 1878, 1935).
B. — P. compar. ou anal. Illusion, leurre, fiction.
1. [À propos d'un inanimé] La vie n'est qu'un songe. Être le jouet d'un songe. C'est vous qui dites cela! vous, madame, juste ciel! Est-ce un songe? une illusion! m'auriez-vous compris? répondriez-vous à ma pensée? (LECLERCQ, Mme Sorbet, 1835, 6, p. 154):
2. ... une femme à qui, même si nous savions que nous sommes indifférents, nous avons perpétuellement fait tenir dans nos rêveries, pour nous bercer d'un beau songe ou nous consoler d'un gros chagrin, les mêmes propos que si elle nous aimait...
PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 586.
2. Rare. [À propos d'un animé] Je suis un revenant. Les autres me paraissent des songes, et je suis un songe aux autres (BOURGET, Nouv. Essais psychol., 1885, p. 301).
C. — Rêverie à laquelle on se laisse aller à l'état de veille, construction de l'imagination. Être abîmé, plongé dans un songe. Tu insistes gentiment pour m'avoir à Bruxelles. J'y aspire comme toi, comme vous. Être réunis, c'est un songe (HUGO, Corresp., 1866, p. 525). [Ce caporal] nous dérangeait dans notre songe, quand nous faisions gravement les cent pas de la Grande Ourse au Sagittaire (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 152).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1155 « rêve » (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 696); 2. 1204-06 « fiction, illusion » tenir a fable et a songe (GUIOT DE PROVINS, Bible, 1992 ds Œuvres, éd. J. Orr, p. 72); mil. XIIIe s. (Du Prestre et du chevalier ds Rec. gén. fabliaux, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t. 2, p. 83: Tout li semble que che soit soingne); 3. 1580 « construction de l'imagination à l'état de veille » (MONTAIGNE, Essais, II, 12, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 523); 1588 (ID., op. cit., III, 3, p. 828: tantost je resve, tantost j'enregistre et dicte, en me promenant, mes songes que voicy); 4. 1699 myth. antique au plur. (FÉNELON, Télémaque, éd. A. Cahen, VIII, t. 1, p. 353, 139). Du lat. somnium « songe, rêve; chimère, extravagance; les Songes [Somnia] pluriel personnifié ». Fréq. abs. littér.:3 027. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 4 345, b) 3 937; XXe s.: a) 4 290, b) 4 475. Bbg. GOUG. Mots t. 1 1962, pp. 140-144. — SCHALK (F.) Somnium und verwandte Wörter in den romanischen Sprachen. Köln, 1955, 42p. — SPITZER (L.). (En) soñar un sueño. Vox rom. 1936, t. 1, pp. 51-53; p. 56.

songe [sɔ̃ʒ] n. m.
ÉTYM. V. 1155, sunge; lat. somnium.
1 Vx ou spécialt. Rêve. Rêve (1., REM. )Faire un songe (→ Concordance, cit. 2). || Le sommeil et les songes (→ Dissoudre, cit. 4; inconnu, cit. 22).Le pays des songes : le sommeil, l'inconscience. || Un coup violent l'envoya au pays des songes. || Le songe et la réalité (→ Approche, cit. 21). || Songes considérés comme prophétiques, comme des avertissements (cit. 4) divins, comme susceptibles d'une interprétation (cit. 5). Divination (cit. 2), onirocritique, oniromancie (et → Entrebâiller, cit. 5; explication, cit. 2; expliquer, cit. 6; passer, cit. 84). || Au théâtre, les songes de Darius, de Calpurnia, de Pauline, d'Athalie…Clef des songes : système d'interprétation traditionnel des rêves, de leurs images. — ☑ En songe. || Voir qqn, qqch. en songe (→ Échelle, cit. 7; frapper, cit. 17). || « Le laboureur m'a dit en songe… » (→ Semer, cit. 1).
1 Je tâche en m'éveillant à rappeler les songes
Que j'ai fait (sic) en dormant,
Et dans le souvenir de leurs plaisants mensonges
Je revois mon amant.
Théophile de Viau, Pour Mademoiselle de M…
2 (…) je tiens que, pour l'ordinaire, c'est notre nature sincère qui s'exprime dans les songes; et songe n'est point mensonge, sinon en ce sens qu'il représente ce qu'on voudrait, non ce qui est.
Alain, Propos, 3 déc. 1921, Persuasion.
(Fin XVIIe). Mythol. || Les Songes, fils du Sommeil (→ Excepté, cit. 12). — ☑ Prov. Songe, mensonge.
2 Par compar. Fiction, illusion.La vie n'est qu'un songe, tout n'est ici-bas que songe (→ Assimilation, cit. 2; dieu, cit. 18; erreur, cit. 18; réveil, cit. 8). || La vie est un songe, pièce de Calderon. || Le Songe d'une nuit d'été, titre français d'une comédie de Shakespeare. || S'évanouir (cit. 8) comme un songe. || Mal passé n'est qu'un songe.
3 Enfin, comme on rêve souvent qu'on rêve, entassant un songe sur l'autre, la vie n'est elle-même qu'un songe, sur lequel les autres sont entés, dont nous nous éveillons à la mort.
Pascal, Pensées, VII, 434.
4 Rien n'est vrai, rien n'est faux; tout est songe et mensonge.
Illusion du cœur qu'un vain espoir prolonge.
Lamartine, Harmonies…, III, XXXI.
3 (V. 1220). Vieilli ou littér. Construction de l'imagination à l'état de veille. Chimère, illusion, imagination, fantasme, rêve. || La réalité était triste auprès (cit. 26) de mon songe. || Ce nom éveille (cit. 13) en moi des mondes de songes. || Nous poursuivons des songes (→ 1. Ombre, cit. 45), de vains songes. || Le monde mobile des songes (→ Rêverie, cit. 16). || « Je dicte (cit. 1), en me promenant, mes songes que voici » (Montaigne).Le songe, le domaine du songe : le rêve (supra cit. 18).
5 Ici a commencé pour moi ce que j'appellerai l'épanchement du songe dans la vie réelle. À dater de ce moment, tout prenait parfois un aspect double — et cela, sans que le raisonnement, manquât jamais de logique, sans que la mémoire perdit les plus légers détails de ce qui m'arrivait. Seulement, mes actions, insensées en apparence, étaient soumises à ce que l'on appelle illusion, selon la raison humaine (…)
Nerval, Aurélia, I, III.
6 Il faut qu'il y ait dans le poète un philosophe, et autre chose. Qui n'a pas cette quantité céleste de songe n'est qu'un philosophe.
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, Promontorium somnii, I.
CONTR. Réalité.
DÉR. Songerie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • songé — songé …   Dictionnaire des rimes

  • songe — SONGE. s. m. Ce qu on imagine, ce qu on pense en dormant. Un beau songe. un songe agreable. un fascheux songe. un songe qui inquiete, qui est de mauvais augure. j ay eu un songe, j ay fait un songe cette nuit. expliquer, interpreter les songes.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • songé — songé, ée (son jé, jée) part. passé de songer. Qui a été objet de songe. Ce qui avait été songé durant le sommeil s oublia au réveil …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • songe — Songe, Somnium, Visum. Si quelque songe advient, Si quando aliquod somnium verum euaserit. Que diray je? à quoy tend ce songe ci? Quam ad rem dicam attinere hoc somnium? Qui devine que signifient les songes, Coniector …   Thresor de la langue françoyse

  • songé — Songé, [song]ée. part …   Dictionnaire de l'Académie française

  • songe — (son j ) s. m. 1°   Opérations irrationnelles des facultés intellectuelles en partie éveillées chez une personne qui dort. •   Un songe en notre esprit passe pour ridicule, Il ne nous laisse espoir, ni crainte, ni scrupule ; Mais il passe dans… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SONGE — s. m. Rêve, idée, imagination d une personne qui dort. Un beau songe. Un songe agréable, riant. Un songe fâcheux, pénible, effrayant. Un songe qui inquiète, que l on croit être de mauvais augure. Un songe suivi, interrompu, confus. J ai eu un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SONGE — n. m. Rêve, idée, imagination d’une personne qui dort. Un songe agréable, riant. Un songe fâcheux, pénible, effrayant. Un songe trompeur. J’ai eu un songe, j’ai fait un songe cette nuit. Expliquer, interpréter les songes. Toutes ses grandeurs… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Songe — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Songe », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Un songe est un rêve en langage poétique. Dans… …   Wikipédia en Français

  • Songe — Sọnge,   Stamm der Luba im Osten der Demokratischen Republik Kongo, zwischen Sankuru, Lomami und Lualaba. Die Songe leben als Waldlandpflanzer (Maniok, Bananen, Jams). Die Schnitztradition der Songe kennt ähnliche Sujets wie die der Luba (Masken …   Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”